Régimes

Dis-moi ce que tu manges; je te dirai qui tu esvegetables-basket

Tout le monde sait qu’en donnant à son corps le carburant dont il a besoin, on se sent mieux, on a des pensées plus claires et on a l’énergie nécessaire pour être en forme toute la journée. Il en va de même pour les personnes aux prises avec l’autisme.

Voici un extrait de l’avant-propos de l’ouvrage de Lisa Lewis, Special Diets for Special Kids par le Dr Bernard Rimland. La citation reflète la vision du Dr Rimland quant à la façon dont nous traiterons l’autisme un jour :

« La seule erreur que j’ai commise (et que je suis disposé à admettre) a été prononcée lors d’un exposé sur l’intolérance alimentaire comme étant une cause de l’autisme, tenu dans le cadre de la réunion annuelle de la Autism Society of America (alors appelée NSAC-National Society for Autistic Children) en 1972. Je serai éternellement embarrassé d’avoir fait l’affirmation suivante :

“Bien que je reconnaisse que la plupart des médecins expriment actuellement leur scepticisme quant aux allergies du système nerveux et que nombre d’entre eux n’ont jamais entendu l’expression, je prédis que dans dix à quinze ans, le médecin moyen pensera à ces allergies en tant que possibilité immédiate quand il verra un enfant de type autistique, un enfant ayant des troubles d’apprentissage de l’hyperkinésie ou même un adulte ayant une migraine.” »

Le Dr Rimland, fondateur de l’Institut de recherche en autisme et initiateur des traitements biomédicaux pour l’autisme, a perdu son combat contre le cancer le 21 novembre 2006. Sa croisade pour l’autisme a été implacable. Il nous manquera beaucoup, mais son héritage sur la compréhension et la mise en œuvre des traitements biomédicaux pour l’autisme vivra éternellement.

 

Avis de non-responsabilité

Les informations, les données et le matériel contenus, présentés et fournis sur ce site le sont à titre d’information générale uniquement. Ils ne reflètent pas les connaissances ou les opinions d’Autisme Canada et ne doivent pas être perçus comme des conseils d’ordre juridique ou médical. Toutes les décisions concernant les traitements doivent être prises par la personne en consultation avec un fournisseur de soins de santé certifié.