Régime alimentaire de l’écologie du corps

BEDbookÉlaboré par Donna Gates, le régime de l’écologie du corps (RÉC) aborde la question des infections fongiques systémiques. Le RÉC s’attaque aux problèmes de colite ulcéreuse, de la maladie de Crohn, de diverses maladies auto-immunes et des maladies du système immunitaire, notamment du VIH-SIDA. À partir de 2003, des expériences ont été menées avec ce régime dans la communauté de l’autisme. Selon des rapports anecdotiques, le premier groupe d’enfants atteints d’autisme s’étant astreint à ce régime s’est amélioré de façon notable et rapide.

Le RÉC repose sur la théorie selon laquelle la plupart des maladies chroniques, dont l’autisme, découlent d’une série d’événements. Elles commencent par une infection fongique dans les intestins, puis les organismes pathogènes s’en échappent pour envahir le reste du corps. Le résultat final est essentiellement l’infection de l’intestin et, dans le cas de l’autisme, celle du cerveau. L’intestin atteint est incapable de fonctionner correctement en tant que première ligne de défense du système immunitaire (ce qui mène à diverses maladies secondaires); il ne peut contenir les nutriments partiellement digérés à l’intérieur de la paroi intestinale (ce qui entraîne des réactions allergiques) et n’est pas en mesure d’absorber correctement les nutriments pour nourrir le corps (ce qui conduit à une carence nutritionnelle, à un affaiblissement des organes internes et à un dérèglement biochimique).

Principes du RÉC

  • Expansion et contraction : Il s’agit d’un principe de la macrobiotique, qui se penche sur les propriétés énergétiques des aliments. On considère que certains aliments causent des contractions, tels que la viande, les œufs et le sel. D’autres aliments causent des expansions, tels que le sucre. Le RÉC incite les patients à choisir d’abord des aliments appartenant au milieu de ce continuum et à miser surtout sur les légumes.
  • Acidité et alcalinité : Il s’agit d’un principe communément compris dans la médecine douce et la nutrition. Dans l’idéal, le sang devrait être maintenu légèrement plus alcalin que la normale. On pense que cette situation dissuade la croissance de Candida systémique et freine le développement et la propagation du cancer. Ce régime propose que chaque repas contienne 20 % d’aliments acidifiants et 80 % d’aliments alcalinisant.
  • Caractère unique : Ce principe reconnaît qu’il n’existe pas de recette miracle pour tous les patients dans les régimes. Certaines personnes obtiennent de meilleurs résultats avec un pourcentage légèrement plus élevé de protéines dans leur alimentation que d’autres, alors que d’autres semblent se porter mieux quand elles consomment davantage de protéines animales que d’autres. Les principes de l’alimentation selon le type sanguin peuvent aider à guider le choix des aliments pouvant convenir davantage à une personne qu’à une autre, même si Mme Gates n’est pas d’accord avec tous les nouveaux principes introduits par le jeune Dr D’Adamo.
  • Nettoyage : Selon ce principe, nous devons nettoyer constamment notre corps pour atteindre une bonne santé et la maintenir. La vie moderne est remplie d’expositions à des toxines qui doivent être continuellement éliminées. Un nettoyage régulier du colon est recommandé pour faciliter ce processus.
  • Combinaison d’aliments : Ce principe est tiré des travaux du Dr William Howard Hay, qui a découvert ce principe au début du 20e siècle. Selon lui, les divers macronutriments ont besoin de conditions différentes dans l’estomac pour être correctement digérés. Par exemple, la protéine nécessite un milieu très acide. Par contre, l’amidon nécessite un environnement plus alcalin pour être digéré correctement. Si vous consommez de l’amidon et des protéines au cours du même repas, l’estomac ne pourra pas configurer correctement les conditions de digestion, de sorte qu’il ne pourra pas digérer correctement ni l’un ni l’autre de ces éléments. En mangeant des fruits séparément et en consommant l’amidon et les protéines dans des repas séparés, vous augmentez l’efficacité de la digestion et réduisez une fermentation indésirable.
  • 80/20 : Ce principe est tiré de la médecine orientale, qui stipule que vous ne devriez jamais manger plus que 80 % de la capacité de votre estomac en un seul repas. Ceci laisse 20 % de votre estomac vide, ce qui lui donne la place pour bien mélanger votre repas avec les enzymes et l’acide qu’il contient.
  • Étape par étape : Selon ce principe, la guérison vient par étapes qui arrivent en temps et lieu. Une personne très malade n’a pas nécessairement la capacité de gérer une crise de guérison. Ainsi, le corps entreprendra des cycles de progrès, suivis par une période de repos. À chaque étape, la guérison ira plus profondément dans le corps, évacuera les toxines et guérira les organes touchés.

En guérissant son intestin, en rétablissant sa microflore et en absorbant des aliments nutritifs, le corps est alors en mesure de se reconstruire et de se détoxiquer. Le foie se nettoie et peut alors éliminer les toxines du corps. L’intestin permettra aux nutriments de traverser sa paroi pour nourrir le cerveau, la thyroïde et les glandes surrénales commenceront la détoxication et la guérison.

Détails sur le régime alimentaire

Le RÉC préconise plusieurs « aliments magiques », qui visent particulièrement à rétablir la flore intestinale et la guérison du corps. Le premier aliment thérapeutique probiotique du RÉC est le kéfir à la jeune noix de coco. On utilise le jus de la noix de coco (à ne pas confondre avec le lait de coco, qui provient d’une noix de coco mûre et est très différent sur le plan nutritionnel). On fait fermenter ce jus avec le démarreur kéfir pendant 36 à 48 heures. Le processus de fermentation transforme les sucres naturels du jus et rend ses minéraux beaucoup plus biodisponibles et laisse un liquide rempli d’organismes probiotiques et de substances nettoyantes. Le démarreur kéfir, en plus de renfermer de nombreuses bactéries bénéfiques, contient de la levure probiotique beaucoup plus résistante que les espèces bactériennes. Celle-ci est très efficace pour se débarrasser de la levure nuisible dans le corps, qui pourra alors utiliser les minéraux pour démarrer le processus de guérison. Ce faisant, les bonnes bactéries seront escortées jusqu’à l’intestin pour s’y implanter. Toutefois, parce que l’intestin est souvent enflammé en raison de l’activité des micro-organismes pathogènes, l’adhérence des souches de probiotiques est plus difficile.

Le deuxième aliment thérapeutique introduit dans le RÉC est le beurre brut. En effet, le beurre est presque entièrement fabriqué à partir des matières grasses du lait, des vitamines A, D et E et d’un gras à chaîne courte facilitant grandement la guérison de l’intestin, appelé acide butyrique. En outre, le beurre brut fait de lait de vaches nourries à l’herbe contient de grandes quantités d’acide linoléique conjugué (ALC) et d’un corps gras supplémentaire, appelé « facteur X » par Weston A. Price et qui est particulièrement concentré dans le beurre de lait de printemps. Le beurre est un aliment à 99 pour cent sans caséine, ce qui signifie qu’il contient une petite quantité de caséine. Cela a préoccupé de nombreux parents qui ont entrepris le RÉC à partir d’une alimentation sans gras ni caséine. Selon l’expérience du personnel chargé du RÉC, quand le beurre est introduit de quatre à sept jours après le début de la consommation de kéfir de noix de coco, la petite quantité de caséine résiduelle ne provoque habituellement pas de problème. En fait, le beurre semble même relancer le processus de guérison. Mais le RÉC peut être fait sans aucune caséine pour les enfants qui réagiraient à une petite quantité de caséine résiduelle.

Le RÉC met également l’accent sur la consommation d’aliments sains et naturels qui restent le plus près possible de leur état naturel. Il se compose de grandes quantités de légumes, de viande, d’œufs, de bons gras et, pour l’assaisonnement, de sel de la mer Celtique et de fines herbes. Les grains recommandés dans le cadre du RÉC sont le quinoa, l’amarante, le sarrasin et le millet. Tous ces grains ne contiennent pas de gluten, en plus d’aider à alcaliniser le corps (au contraire d’autres grains acidifiants), un autre objectif du RÉC.

Selon les rapports anecdotiques du personnel chargé du RÉC travaillant avec des enfants atteints d’autisme, un brouillard mental se lève environ dix jours après l’adoption du régime alimentaire. On observe souvent un rejet notable des toxines dans l’intestin suivi d’une amélioration marquée des fonctions intestinales.

Les détails concernant ce régime alimentaire se trouvent dans l’ouvrage « The Body Ecology Diet », de Donna Gates. Des renseignements supplémentaires ainsi qu’une liste des produits utiles pour la mise en œuvre du régime se trouvent à l’adresse suivante : bodyecologydiet.com.

Avis de non-responsabilité

Les informations, les données et le matériel contenus, présentés et fournis sur ce site le sont à titre d’information générale uniquement. Ils ne reflètent pas les connaissances ou les opinions d’Autisme Canada et ne doivent pas être perçus comme des conseils d’ordre juridique ou médical. Toutes les décisions concernant les traitements doivent être prises par la personne en consultation avec un fournisseur de soins de santé certifié.