Acides aminés

Missing Accordion Menu configuration.

Les acides aminés sont les blocs de construction chimiques des importants neurotransmetteurs qui influent sur l’humeur et le comportement dans le cerveau. Pour cette raison, un bon équilibre de ces nutriments est essentiel pour un sain développement affectif et cognitif chez les enfants.

Le tryptophane est un acide aminé que le corps utilise pour produire la sérotonine, un puissant régulateur de l’humeur et du comportement. Certains chercheurs pensent que la dérégulation de la fonction de la sérotonine peut profondément influer sur la gravité des symptômes chez certaines personnes atteintes de l’autisme et être étroitement liée à un dysfonctionnement connexe du système immunitaire. Une étude durant laquelle les chercheurs ont induit une diminution clinique de tryptophane chez vingt adultes atteints d’autisme qui ne prenaient pas de médicaments d’ordonnance a mené à l’augmentation importante des comportements tels que faire les cent pas, se balancer d’avant en arrière, s’automutiler, ainsi que de l’anxiété et de la déprime. En général, les patients atteints d’autisme ayant naturellement les plus fortes concentrations plasmatiques de tryptophane ont montré les réactions les plus marquées après la réduction de la concentration de tryptophane.

Selon une récente étude cas-témoins menée par des chercheurs belges, les concentrations plasmatiques de tryptophane étaient beaucoup plus faibles chez un groupe d’adolescents atteints d’autisme que chez les témoins appariés par rapport à leur âge. Les chercheurs ont supposé que ce déséquilibre pouvait être un facteur important dans la physiopathologie de l’autisme.

Des concentrations élevées d’acides aminés neurotransmetteurs excitateurs, tels que l’acide glutamique et l’acide aspartique, ont été observées chez de jeunes enfants atteints d’autisme. Ces déséquilibres peuvent être liés à un dysfonctionnement métabolique attribuable à la vitamine B6. Cette étude a également signalé des concentrations plus élevées de taurine, un acide aminé inhibiteur chez les enfants, qui peuvent être observés quand leur corps essaie de « compenser » les concentrations excessives de neurotransmetteurs excitateurs.

Les concentrations d’acides aminés urinaires peuvent également fournir des indices importants sur les facteurs alimentaires et digestifs qui influent sur l’autisme. Selon une étude publiée dans le JAMA, les enfants présentant des troubles graves du développement impliquant à la fois l’autisme et la psychose peuvent présenter des concentrations excessives de phénylalanine; cette « maladie » connue sous le nom de phénylcétonurie (PCU), peut conduire à des lésions cérébrales et des crises d’épilepsie.

Jon Pangborn, Ph. D. et expert de premier plan sur les aminoacidopathies, observe que l’analyse des acides aminés urinaires sur 24 heures chez les enfants atteints de troubles du développement révèle souvent des déséquilibres résultant d’une mauvaise digestion, tels que des concentrations élevées de peptides alimentaires et leurs marqueurs (ansérine, carnosine, 1-méthylhistidine et bêta-alanine). En outre, ces enfants peuvent présenter des carences en acides aminés essentiels et semi-essentiels, en particulier les amino-acides soufrés tels la méthionine, la cystine et la taurine. Une telle carence laisserait croire à un trouble digestif chronique pouvant entraîner une dysbiosis (déséquilibre de la flore microbienne) avec le temps.

Références

  • Warren RP, Singh VK. Elevated serotonin levels in autism: association with the major histocompatibility complex. Neuropsychobiol 1996;34(2) : 72-5.
  • Bursztejn C, Ferrari P, Dreux C, Braconnier A, Lancrenon S. Metabolism of serotonin in children [French]. Encephale 1988;14(6) : 413-9.
  • McDougle CJ, Naylor ST, Cohen DJ, Aghajanian GK, Heninger GR, Price LH. Effects of tryptophan depletion in drug-free adults with autistic disorder. Arch Gen Psychiatry 1996;53(11) : 993-1000.
  • Croonenberghs J, Delmeire L, Verkerk R, Lin AH, Meskal A, Neels H, Van er Planken M, Scharpe S, Deboutte D, Pison G, Maes M. Neuropsychopharmacology 2000;22(3) : 275-83.
  • Moreno-Fuenmayor H, Borjas L, Arrieta A, Valera V, Socorro-Candanoza L. Plasma excitatory amino acids in autism. Invest Clin 1996;37(2) : 113-28.
  • Lowe TL, Tanaka K, Seashore MR, Young JG, Cohen DJ. Detection of phenylketonuria in autistic and psychotic children. JAMA 1980;243(2) : 126-8.

Avis de non-responsabilité

Les informations, les données et le matériel contenus, présentés et fournis sur ce site le sont à titre d’information générale uniquement. Ils ne reflètent pas les connaissances ou les opinions d’Autisme Canada et ne doivent pas être perçus comme des conseils d’ordre juridique ou médical. Toutes les décisions concernant les traitements doivent être prises par la personne en consultation avec un fournisseur de soins de santé certifié.

Back to Top