Langue des signes

vector-hand-language LANGUE DES SIGNES

La langue des signes a été élaborée comme moyen de communication pour les personnes malentendantes et est probablement la forme la plus connue d’aide à la communication. La langue des signes sert également dans l’enseignement aux personnes ayant une déficience intellectuelle qui n’ont aucune ou pratiquement aucune aptitude verbale.

L’enseignement de la langue des signes aux enfants atteints d’autisme n’est plus une pratique aussi courante aujourd’hui, peut-être en raison d’une augmentation de l’utilisation de systèmes de communication informatisés. Cependant, selon les recherches, l’enseignement simultané de la langue des signes et de l’expression orale accélère vraisemblablement l’usage de la parole. L’enseignement simultané de la langue des signes et de l’expression orale est souvent désigné par les expressions « langage signé », « communication simultanée » et « communication totale ».

La langue des signes est utile pour les enfants dont les aptitudes verbales ou compétences communicationnelles sont limitées ou inexistantes, mais elle n’est pas recommandée pour ceux qui utilisent un vocabulaire assez large. Beaucoup de comportements aberrants associés à l’autisme et à d’autres troubles du développement, tels que l’agressivité, les crises de colère, l’automutilation, l’anxiété et la dépression, sont souvent attribués à une incapacité à communiquer avec autrui. À tout le moins, le langage signé peut permettre à une personne de communiquer au moyen de signes et peut même stimuler ses aptitudes verbales.

Quand on enseigne à un enfant à utiliser la langue des signes, cela peut également l’amener à prêter plus d’attention à ses propres gestes sociaux et à ceux des autres. Toutefois, le fait que de nombreux enfants atteints d’autisme ont du mal à imiter peut les empêcher d’apprendre la langue des signes. En outre, on peut avoir du mal à toucher la main d’un enfant sensible au toucher pour l’aider à former un mot ou un geste. Il existe plusieurs formes de langue des signes. Pour l’apprentissage du langage signé, il est préférable d’utiliser le « français signé exactement » ou le « français signé ». Comme la langue des signes utilise la même syntaxe que la langue parlée, elle facilite l’apprentissage des règles syntaxiques de la langue parlée.

Au début d’un programme d’apprentissage de la langue des signes, il est préférable de commencer avec des signes exprimant des besoins de base (p. ex. manger, boire, et utiliser les toilettes). De cette façon, la personne sera motivée à utiliser les signes pour communiquer ses besoins. En outre, l’apprentissage du premier signe peut prendre de quelques minutes à quelques mois. À mesure que la personne apprendra des signes, l’apprentissage de chaque nouveau signe sera plus facile et plus rapide.

Résultats thérapeutiques

Apprendre à parler se fait généralement plus rapidement si la langue des signes et la langue parlée sont enseignées simultanément. Cela pourrait s’expliquer du fait que ces deux formes de communication stimulent la même région du cerveau. Une tomographie par émission de positons (TEP), qui mesure l’activité cérébrale à un moment précis, indique que la même zone du cerveau est activée lorsqu’une personne parle et qu’elle communique au moyen de signes. Ainsi, chez une personne qui utilise le langage signé, la zone du cerveau associée à la langue parlée reçoit une stimulation de deux sources (le signe et la parole) plutôt qu’une stimulation provenant d’une seule source (le signe ou la parole).

Enseigner la langue des signes aux personnes atteintes d’autisme et d’autres troubles du développement ne nuit pas à l’apprentissage de la parole. En fait, des recherches démontrent que l’enseignement de la langue des signes et de la langue parlée accélérerait la communication verbale.

Avis de non-responsabilité

Les informations, les données et le matériel contenus, présentés et fournis sur ce site le sont à titre d’information générale uniquement. Ils ne reflètent pas les connaissances ou les opinions d’Autisme Canada et ne doivent pas être perçus comme des conseils d’ordre juridique ou médical. Toutes les décisions concernant les traitements doivent être prises par la personne en consultation avec un fournisseur de soins de santé certifié.