Intégration sensorielle

girl-on-trampolineNous apprenons en grande partie inconsciemment à combiner nos sens (vue, ouïe, odorat, toucher, goût, équilibre, perception du corps dans l’espace) pour appréhender notre environnement. Les enfants atteints d’autisme ont du mal à faire cet apprentissage. En conséquence, les jeux auxquels ils s’adonnent se limitent aux quelques comportements qu’ils ont l’habitude d’adopter dans leurs interactions avec le monde extérieur.

Les ergothérapeutes utilisent la thérapie d’intégration sensorielle pour aider les enfants atteints d’autisme à jouer comme les autres enfants. Cette thérapie consiste à placer un enfant dans une salle expressément conçue pour stimuler et éveiller tous ses sens. Au cours de la séance, le thérapeute travaille en étroite collaboration avec l’enfant afin de l’encourager à bouger dans la salle.

La thérapie d’intégration sensorielle repose sur quatre principes clés :

  • l’enfant doit être en mesure de relever avec succès les défis qui lui sont présentés par l’entremise activités ludiques (défi adapté à l’enfant, ou « Just Right Challenge »);
  • l’enfant adapte son comportement en faisant appel à de nouvelles stratégies utiles qui lui permettent de répondre aux défis proposés (réponse adaptée);
  • l’enfant voudra participer parce que les activités sont amusantes (engagement actif);
  • les préférences de l’enfant permettent d’amorcer des expériences thérapeutiques pendant la séance (expériences orientées par l’enfant);

La thérapie d’intégration sensorielle repose sur l’hypothèse selon laquelle l’enfant est soit hypersensible soit hyposensible à son environnement. Ainsi, la thérapie d’intégration sensorielle vise à améliorer la capacité de son cerveau à traiter les informations sensorielles, de sorte que l’enfant pourra fonctionner de façon plus adaptée dans le cadre de ses activités quotidiennes.

Les salles sensorielles sont conçues de façon à donner à l’enfant l’envie d’y courir et d’y jouer. Au cours de la séance de thérapie d’intégration sensorielle, l’enfant interagit en tête-à-tête avec l’ergothérapeute et participe à des activités qui combinent la stimulation sensorielle et le mouvement.

Voici quelques exemples de telles activités :

  • se balancer dans un hamac (mouvement du corps dans l’espace);
  • danser sur de la musique (ouïe);
  • jouer dans des boîtes remplies de haricots (toucher);
  • ramper dans des tunnels (toucher et mouvement du corps dans l’espace);
  • frapper des balles qui se balancent (coordination œil-main);
  • se tenir en équilibre sur une poutre (équilibre).

L’enfant est guidé dans toutes ces activités d’une manière qui stimule et éveille ses sens. L’accent est donc mis sur l’intégration du mouvement avec ses différents sens.

Un parent peut intégrer la thérapie d’intégration sensorielle à la maison en offrant à son enfant de nombreuses occasions différentes d’effectuer divers mouvements et de varier ses sensations. Par exemple, une balançoire peut être une forme de thérapie d’intégration sensorielle, tout comme une piscine à balles ou un tapis de fourrure.

Chaque jour, la plupart des personnes vivent des événements qui stimulent plusieurs sens à la fois. Nous utilisons ces différents sens pour recevoir des informations variées et les combinons pour obtenir une image claire du monde qui nous entoure. C’est quelque chose que nous apprenons à faire durant l’enfance. Ainsi, par ses expériences, l’enfant acquiert la capacité de combiner tous ses sens pour planifier sa réponse à tout ce qu’il remarque dans son environnement. Les enfants atteints d’autisme ont plus de difficulté à faire ce genre de synthèse et ont donc du mal à réagir à des stimuli différents et d’y répondre de façon plus appropriée.

Les enfants atteints d’autisme ont de la difficulté à écouter quand quelque chose les préoccupe. Voilà un exemple qui illustre leur difficulté à recevoir des informations en utilisant plus d’un sens à la fois. Les médecins qui traitent les enfants atteints d’autisme pensent que ces difficultés découlent de différences entre le cerveau des enfants atteints d’autisme et celui des enfants neurotypiques.

Les concepts fondamentaux de la thérapie d’intégration sensorielle reposent sur la recherche qui est menée dans les domaines de la neuroscience, de la psychologie du développement, de l’ergothérapie et de l’éducation. La recherche semble indiquer que l’information sensorielle reçue de l’environnement est essentielle; les interactions entre l’enfant et l’environnement façonnent leur cerveau et influent sur leur apprentissage. En outre, les résultats de la recherche laissent sous-entendre que le cerveau peut changer en réponse aux informations reçues de l’environnement et que les expériences riches en sensations peuvent y susciter des changements.

L’efficacité de la thérapie d’intégration sensorielle est controversée, et il existe très peu d’études bien conçues sur lesquelles fonder une évaluation claire de son efficacité. Environ la moitié des études scientifiques montre que la thérapie d’intégration sensorielle donne certains résultats, et l’autre moitié ne lui attribue aucun avantage. Certains chercheurs estiment que la thérapie d’intégration sensorielle est plus utile chez les jeunes enfants. Certains experts conseillent d’interrompre la thérapie si les effets ne sont pas apparents après un délai établi ou si l’enfant y réagit négativement.

La thérapie d’intégration sensorielle diminue la sensibilité au toucher et aux autres stimuli. Ainsi, les enfants améliorent leurs habiletés, que ce soit dans leurs jeux, leurs apprentissages ou leurs interactions avec les personnes et l’environnement.

Bien que la thérapie d’intégration sensorielle ne soit pas nocive, certaines formes de thérapie sensorielle peuvent susciter un malaise chez l’enfant. Les enfants atteints d’autisme peuvent être particulièrement sensibles à certains types de stimulation sensorielle; le thérapeute doit tenir compte des particularités de chaque enfant. Il convient de surveiller étroitement l’apparition de réactions négatives ou de comportements d’autoapaisement.

Une véritable thérapie d’intégration sensorielle doit être orientée par l’enfant, ludique et agréable.

Références

  • Schaaf, R.C., and L.J. Miller. 2005. « Occupational therapy using a sensory integrative approach for children with developmental disabilities. » Ment.Retard.Dev.Disabil.Res.Rev. 11(2):143-148.
  • Dempsey, I., and P. Foreman. 2001. « A Review of Educational Approaches for Individuals with Autism. » International Journal of Disability, Development and Education v48 n1 p103-16 Mar 2001.
  • Baranek, G.T. 2002. « Efficacy of Sensory and Motor Interventions for Children with Autism. » Journal of Autism and Developmental Disorders v32 n5 p397-422 Oct 2002.
  • Iarocci, G., and J. McDonald. 2006. « Sensory integration and the perceptual experience of persons with autism. » J Autism Dev.Disord. 36(1):77-90.
  • Wallace, M.T., and B.E. Stein. 2006. « Early Experience Determines How the Senses Will Interact. » J Neurophysiol.
  • Minshew, N.J., et al. 2004. « Underdevelopment of the postural control system in autism. » Neurology. 63(11):2056-2061.
  • Waterhouse, L., et al. 1996. « Neurofunctional mechanisms in autism. » Psychol.Rev. 103(3):457-489.
  • Boddaert, N., et al. 2004. « Superior temporal sulcus anatomical abnormalities in childhood autism: a voxel-based morphometry MRI study. » Neuroimage. 23(1):364-369.
  • Dawson, G., and R. Watling. 2000. « Interventions to facilitate auditory, visual, and motor integration in autism: a review of the evidence. » J Autism Dev.Disord. 30(5):415-421.
  • Ayres, A.J., and L.S. Tickle. 1980. « Hyper-responsivity to touch and vestibular stimuli as a predictor of positive response to sensory integration procedures by autistic children. » Am.J Occup.Ther. 34(6):375-381.
  • Case-Smith, J., and H. Miller. 1999. « Occupational therapy with children with pervasive developmental disorders. » Am.J Occup.Ther. 53(5):506-513.

Par Lara Pullen, Ph.D. L’information sur cette page a été reproduite avec la permission de Healing Thresholds. Copyright (c) 2007, Healing Thresholds, inc. Tous droits réservés.

Avis de non-responsabilité

Les informations, les données et le matériel contenus, présentés et fournis sur ce site le sont à titre d’information générale uniquement. Ils ne reflètent pas les connaissances ou les opinions d’Autisme Canada et ne doivent pas être perçus comme des conseils d’ordre juridique ou médical. Toutes les décisions concernant les traitements doivent être prises par la personne en consultation avec un fournisseur de soins de santé certifié.

Back to Top